Logo AVE 
Accueil
Association
Bulletin
Calendrier
Grands Eudois
Grands événements
Le Vieil Eu
Librairie
Liens
Bergischer Geschichtsverein
 
Salle de lecture.

située au premier étage du local des associations 61 rue Jeanne d'Arc, elle est ouverte:

Sur rendez-vous

Courrier

Les Amys du Vieil Eu

Mairie de Eu

76260 EU

 

 

Catherine de Joyeuse

Princesse de Joinville

 

Catherine de Joyeuse naquit en 1585. Elle était la fille unique d’Henri de Joyeuse et de Catherine de Nogaret de la Valette. Très jeune, elle fut mariée à Henri de Bourbon, duc de Montpensier. De cette union, qui ne dura que deux années, elle eut une fille, Marie de Bourbon, laquelle fut la mère de la Grande Mademoiselle, la duchesse de Montpensier, figure marquante de l’histoire de la ville d’Eu. Devenue veuve, Catherine Joyeuse épousa, vers la fin de 1611, Charles de Guise, prince de Joinville, fils du duc de Guise et de Catherine de Clèves.

De cette union naquirent cinq enfants. Après avoir eu la douleur de perdre plusieurs de ses enfants et son second époux, Catherine de Joyeuse devint tutrice de son petit-fils.

 

Un des premiers actes de sa tutelle fut l’exécution des dispositions de sa belle-mère, Catherine de Clèves, relativement à l’hôpital de la ville d’Eu. En effet, cette dernière avait reconnu la nécessité d’ajouter de nouveaux fonds aux biens des deux anciens hôpitaux picard et normand de cette ville afin d’ériger un Hôtel-Dieu pour les  malades du comté d’Eu. Dès lors, l’Hôtel-Dieu de la ville fut enrichi des maladreries du gland, de Monchaux et du Tréport ; puis Catherine de Joyeuse y établit, pour soigner les malades, des sœurs hospitalières et cloîtrées de la Miséricorde de Jésus, suivant la règle de saint Augustin.

 

Cette princesse, qui avait toujours été d’une santé très faible, ne put prolonger ses jours jusqu’à la vieillesse qu’en suçant le lait d’une nourrice. Elle mourut néanmoins, en 1656, à l’âge de soixante et onze ans.

 

Plus heureuses que les Ursulines, leurs devancières, et les Sœurs Grises, qui les suivirent, les Sœurs de la Miséricorde de Jésus se sont maintenues dans la ville d’Eu sans interruption.

 


©Copyright Les Amys du Vieil Eu. 2005-2010 Tous droits réservés